Gustave Courbet

Publié par Nadine Averink

Enseignement de spécialité

Le 19e siècle : Gustave Courbet (1819-1877)

Courbet, Le Chêne de Flagey, appelé "Chêne de Vercingétorix", 1864, 89 cm x 110 cm, Musée Courbet, Ornans
Courbet, Le Chêne de Flagey, appelé "Chêne de Vercingétorix", 1864, 89 cm x 110 cm, Musée Courbet, Ornans

Né en 1819 à Ornans dans le Doubs, c’est un peintre autodidacte qui a suivi des cours hors l’Académie des Beaux-Arts dans différents ateliers privés. Il a copié les œuvres des maîtres au musée du Louvre à Paris notamment les peintres de l’école espagnole du 17e siècle comme Vélasquez, Ribera ou Zurbaran. Il s’inspire de leur style et sous l’impulsion du critique d’art Jules Champfleury il élabore les bases de son propre style : le Réalisme.

Si Gustave Courbet n’a pas changé la peinture elle-même, il a radicalement fait évoluer le sujet et surtout la manière de peindre. Pour se faire connaitre, il manie le scandale par le biais de la presse où les caricatures dénoncent ses sujets banals et honteusement vulgaires. Le 19e est encore dominé par l’Académie elle ne tolère pas le non-respect des règles. Courbet veut être le seul juge de sa peinture. Il brisera le dogmatisme de cette institution pour mieux détourner la hiérarchie des genres. Il peint sur de grands formats des sujets considérés comme mineurs.