Terminales - option arts : Tanguy

Publié le par Nadine Averink

Comment évoquer par l’image le temps qui passe et questionner le genre de la Vanité ?
Cette réflexion s’est accompagnée d’une réflexion sur la place du spectateur, quel rôle joue-t-il dans l’élaboration d’une œuvre ?
Dans le travail à l’encre de Chine « L'infini parchemin » par exemple c’est le geste du spectateur qui permet de dérouler le support pour dévoiler l’image. Je me suis inspiré du Kakemono qui désigne au Japon une peinture ou une calligraphie sur soie ou sur papier encadrée en rouleau et destinée à être accrochée au mur ou sur les mâts d'éclairage public. Ce paysage qui se déroule est imaginaire, les motifs représentés sont simplifiés dans un style presque naïf. INFINI renvoie à une idée d’étendue et de continuité soutenue d'un parcours qui donne l'envie d'aller plus loin et d'explorer sans s'arrêter le paysage proposé aux spectateurs
L'infini parchemin suggère donc que le spectateur pourrait s’évader dans un voyage sans fin au travers du parchemin dont la longueur est quasi incalculable. Pour cette notion de grandeur j’ai pensé à une exposition intitulée Les Migrations de Carole Benzaken qui s’ouvre sur une présentation du Rouleau à peintures. Cette frise de 70m de long sur 5,5cm de hauteur. Commencé en 1989, il témoigne des instantanés choisis depuis près de 25 ans par l’artiste. Chaque image sélectionnée est peinte directement sur le rouleau.

Terminales - option arts : Tanguy

Pour mes autres réalisations notamment les deux autoportraits photographiques la question du nombre et de la démultiplication est présente. Les visages sont un élément de transition que l’on retrouve dans la vidéo où l’on aperçoit deux bougies qui en se consumant font fondre le motif représenté.
Tanguy

 

Publié dans Terminales