Terminales - option arts : Léonore

Publié le par Nadine Averink

Mes travaux représentent des éléments d’architecture. Ils se rattachent au genre du Paysage et plus spécifiquement « urbain ». La ville m’intéresse par son aspect géométrique. Sa verticalité constitue pour moi un sujet d’étonnement, de ravissement lorsque j’utilise l’appareil photographique. C’est une source d’inspiration inépuisable qui me ramène parfois à l’enfance.

Léonore
Terminale S

Sélection de travaux :

1 / Reflets

Ground Zero, Manhattan (photographie / 24 cm x 32 cm)
Ground Zero, Manhattan (photographie / 24 cm x 32 cm)

Si la prise de vue s’est effectuée en plein jour, on retrouve là aussi un principe de contre-jour et donc d’opposition entre les éléments éclairés et ceux restés dans la pénombre. Les lignes des grattes ciel semblent converger vers un même point. L’angle de vue est en contre-plongée et exagère la prise de vue, l’immeuble semble s’étirer vers le haut. Les nuages reflétés sur les vitres créent une image en miroir. La hauteur et la verticalité de la ville est montrée par cet angle de vue en contre-plongée qui étire l’immeuble jusque dans les nuages ce qui peut conférer à la ville des caractères d’oppression. En revanche les caractères stressants et étouffants disparaissent. En effet, on assiste à une ouverture et un accès au ciel qui vient aérer l’image.

2 / Ville verticale

Ville vericale, New York (photographie / 24 cm x 32 cm)
Ville vericale, New York (photographie / 24 cm x 32 cm)

Le point de vue est frontal, on peut noter le contraste fort entre la verticalité des immeubles et l’horizontalité de la rue. Cette photographie représente une rue dont la longueur semble être amplifiée pour exagérer le point de fuite. Prise à la tombée du jour, l’image donne un puissant contraste entre l’ombre et la lumière. La scène est vue en contre-jour. Les objets comme « figés », on pourrait parler d’instantanée, créent une atmosphère laissant deviner une présence humaine.

3 / Ville imaginaire

Ville imaginaire, installation (carton, aluminum, fil de fer)
Ville imaginaire, installation (carton, aluminum, fil de fer)

Les travaux précédents, avec la présence des reflets, m’ont incité à utiliser un matériau non artistique : le papier d’aluminium. Je voulais tester son pouvoir réfléchissant. J’ai donc choisi différentes formes rectangulaires ou circulaires pour les recouvrir. Une fois cette étape achevée, j’ai conçu une ville. Sans chercher à masquer les cotés factices, j’ai disposé ces éléments sur une route goudronnée pour les présenter. C'est une installation « in situ » faite dans une rue à un endroit précis.

Artiste de référence : L’architecte Frank O Gehry.

Publié dans Terminales